La chanson francaise

du gros son et du bon son ? c'est tout ce qui est necessaire ici

Modérateur: Beck team

Re: La chanson francaise

Messagede kong » 26 Déc 2009 22:06

Gainsbourg fuck everything else. Le seul capable d'en faire autant à notre époque c'est Biolay, et encore, il lui faut plus de maîtrise au niveau des textes (et plus de gitanes).

Brassens, il avait une voix de dessin animé. Génial aussi.

Brel, sa maîtrise du tout (texte+ musiques) était incomparable pour un chanteur français (la valse à milles temps est juste incroyable.)

Mais il n'empeche que Gainsbourg... Initials BB est classée dans mon top five des chansons les plus classes ayant jamais existé. Ce mec était un génie.

"No life...parce que je le WoW bien"
Avatar de l’utilisateur
kong
star nationale
 
Messages: 553
Inscription: 09 Mai 2009 17:59

Re: La chanson francaise

Messagede Koma » 29 Déc 2009 11:30

En vrac :

-Brassens c'est chiant (même si il savait satyriser son époque avec humour et acidité, Brassens c'était un peu Charlie Hebdo en chanson), Babarba je déteste aussi, mais je reconnais l'impact et l'héritage des 2. En revanche je suis vachement plus fan de Brel, surtout la période 59-65.

-Y'a des survivants, à commencer par Bernard Lavilliers, Arno, Christophe, Francis Cabrel, Maxime Le Forestier, Alain Bashung (ah merde, il est mort cette année..)

-chez Gainsbourg y'a de tout, du bon et du moins bon selon son taux d'alcoolémie et ses idées. Love on the beat est curieusement un album que j'adore alors que d'habitude je n'aime pas du tout ce type de sonorité début eighties/avant gardiste electro. Mais le skeud est truffé de bons trucs. Cela dit, je préfère Melody Nelson quand même. Sorti de ces 2 là et des best of, j'ai pas tellement exploré le reste de sa disco...

-Noir Dez on assimile souvent à cause des textes : désolé mais ND spa de la chanson française, même avec d'excellents lyrics. Et leur tentative la plus proche, Gagnants/perdants, quelle bouse.

En revanche, pris seuls, les textes de Cantat sont de la pure chanson française, donc oui, Noir Dez est aussi chanson française. Ahahaha, je m'autocontredis, ça vous la coupe hein ?

Enfin bref, la chanson française je la retroue plus dans le rock français qui est celui qui tire le plus son influence dans le pan "rock à lyrics soutenus" : Eiffel, Astonvilla, Tarmac, Louise Attaque, Noir Dez...

-Damien Saez est le dernier parolier de la chanson française pleinement dans l'héritage des grands.

Personne n'a parler de rose, renan luce, stanislas, saez, olivia ruiz, M,mais c'est peut être "trop jeune"
Il y'en a un tas d'autre: émilie simon, anaïs, Bénabar, Mamzelle K, Carmen maria vega...
il y a aussi les groupe français, tryo, wriggles, matmatha les caméléons, Les orges de Barback
Sont de la vaste blague radiohponique. Je n'empêche personne d'apprécier (personnellement ça me sort par les trous de nez depuis les débuts de Bénabar même si à l'époque je lui ai reconnu sans grief un humour subtil et une inventivité pas trop mal tournée) mais c'est clairement plus de la chanson française, mais de la repompe vague et consensuelle à qui on donne des qualificatifs plutots vaseux, entre nouvelle scène française et chanson française.

L’expression « chanson française » désigne donc depuis 1945 un genre musical qui se définit par l’usage de la langue française, la référence à des maîtres et modèles hérités de la littérature poétique de langue française, et par opposition, ou par différenciation aux formes dominantes, anglo-saxonnes, de l’industrie musicale.

Hors eux ils se content de repomper les schémas anglosaxons de la pop depuis tout ce qu'on inventé les Beatles en collant des paroles françaises. Quand bien même l'exercice est de la compromission musicale ou un réel travail, ça n'a clairement rien à voir avec de la chanson française.

(allez je fais une exception, j'adore Pauline Croze :p)


Emilie Simon fait du trip hop (enfin faisait quands je l'écoutais, récemment j'ai pas trop checké), des Ogres du caravane punk, les Caméléons du skapunk (à l'époque où je les écoutais du moins, ils existent encore ?!).

Le caravane punk tape dans les inspis chanson mais clairement le propos est ailleurs, je peux pas comparer les Hurlements d'Léo et Brassens ou Brel.. Même si j'aime beaucoup les Hurlements hein (les Ogres un peu moins).

Et je parle pas de Tryo que j'appréciais beaucoup et sur qui je pisse désormais sans regret. Putain les mecs, vous craignez un max.

-outre le rock, le rap est le milieu qui a le plus récupéré l'influence de la chanson française. et je parle pas des faux clichés "rap = poésie, donc rhoff et booba = poésie", mais de groupes comme La Rumeur (les Brassens du rap), l'Atelier.. frontières toujours floues entre l'exercice littéraire pur inhérent au MCing et la reprise des codes de la langue française selon la chanson française, mais souvent les 2 influences flirtent chez certains.

Manque de bol, les 2 meilleurs (Arno et Brel) ils sont belges ;p

ce post vous était offert par la Koma Totally Engaged & Parti Pris Association. Toute réclamation est acceptée pour renvoi automatique d'un courrier "j't'emmerde", élaboré par notre confrère et grand chantre de la langue française MC Jean Gab'1.

dernier truc : personne parle de Léo Ferré, et putain, ça c'est un scandale pur. Il démonte allègrement ce gros pochetron de Gainsbourg. Pas Brel, car c'est clairement pas le même domaine (et puis ils étaient potes). Evidemment Gainsbourg et Ferré n'ont rien à voir non plus :p, pure méchanceté gratuite komatose d'affirmer que je préfère personnellement Ferré.

Et nique sa race :

La poésie contemporaine ne chante plus... elle rampe.
Elle a cependant le privilège de la distinction... Elle ne fréquente pas les mots mal famés... Elle les ignore. On ne prend les mots qu'avec des gants : à "menstruel" on préfère "périodique", et l'on va répétant qu'il est des termes médicaux qu'il ne faut pas sortir des laboratoires et du codex.

Le snobisme scolaire qui consiste, en poésie, à n'employer que certains mots déterminés, à la priver de certains autres, qu'ils soient techniques, médicaux, populaires ou argotiques, me fait penser au prestige du rince-doigts et du baisemain.
Ce n'est pas le rince-doigts qui fait les mains propres ni le baisemain qui fait la tendresse.
Ce n'est pas le mot qui fait la poésie mais la poésie qui illustre le mot.

Les écrivains qui ont recours à leurs doigts pour savoir s'ils ont leur compte de pieds, ne sont pas des poètes, ce sont des dactylographes.
Le poète d'aujourd'hui doit appartenir à une caste à un parti ou au "Tout Paris".
Le poète qui ne se soumet pas est un homme mutilé.

La poésie est une clameur. Elle doit être entendue comme la musique. Toute poésie destinée à n'être que lue et enfermée dans sa typographie n'est pas finie.
Elle ne prend son sexe qu'avec la corde vocale comme le violon prend le sien avec l'archet qui le touche.
L'embrigadement est un signe des temps. De notre temps. Les hommes qui pensent en rond ont les idées courbes.
Les sociétés littéraires c'est encore la Société. La pensée mise en commun est une pensée commune.

Mozart est mort seul, accompagné à la fosse commune par un chien et des fantômes. Renoir avait les doigts crochus de rhumatismes. Ravel avait une
tumeur qui lui suça d'un coup toute sa musique. Beethoven était sourd. Il fallut quêter pour enterrer Bela Bartok. Rutebeuf avait faim. Villon volait
pour manger. Tout le monde s'en fout. L'Art n'est pas un bureau d'anthropométrie.
La lumière ne se fait que sur les tombes. Nous vivons une époque épique et nous n'avons plus rien d'épique.
La musique se vend comme du savon à barbe. Pour que le désespoir même se vende il ne reste qu'à en trouver la formule.
Tout est prêt : les capitaux - la publicité - la clientèle.

Qui donc inventera le désespoir?

Avec nos avions qui dament le pion au soleil. Avec nos magnétophones qui se souviennent de ces "voix qui se sont tues", avec nos âmes en rade au milieu des rues.
Nous sommes au bord du vide, ficelés dans nos paquets de viande à regarder passer les révolutions.
N'oubliez jamais que ce qu'il y a d'encombrant dans la Morale, c'est que c'est toujours la Morale des Autres.
Les plus beaux chants sont les chants de revendication.
Le vers doit faire l'amour dans la tête des populations.
A l'école de la poésie et de la musique, on n'apprend pas -

On se bat.
your love is a dragster wave
it makes us breathe like two machines.
Avatar de l’utilisateur
Koma
Doors Of Perception
 
Messages: 5435
Inscription: 30 Sep 2006 10:57
Localisation: jours étranges

Re: La chanson francaise

Messagede Hed » 29 Déc 2009 12:20

Arno y craint un max... j'veux même pas chercher à argumenter.

Ah oui j'ai complètement oublié d'parler de Léo Ferré, honte à moi. Merci de le mentionner Koma.
Avatar de l’utilisateur
Hed
Grognant-Outan
 
Messages: 1155
Inscription: 01 Avr 2009 20:37
Localisation: Tours

Re: La chanson francaise

Messagede chouk's » 30 Déc 2009 22:46

Pour moi la chanson française, ça se résume à des groupes et artistes qui ont des genres divers et variés...
Quand j'ai été petite, mon père écoutait beaucoup d'artistes comme Brassens, Bashung, Renaud, Maxime le Forestier, Lavilliers, Jacques Higelin Balavoine, Louis Chedid et Jean Jacques Goldman...
Maintenant, avec le recul, je retiens surtout des artistes comme Bashung, Lavilliers, Higelin et Renaud. Avec le temps, j'ai découvert d'autres artistes et groupes, comme Tryo que j'appréciais à leurs débuts, (même comme Koma dit, "les mecs vous cragnez un max maintenant"), Matmatah, Noir Désir, enfin la liste est longue...
Mais récemment, j'ai eu un coup de coeur énorme pour Trust... Après, je sais pas si vous considérez ça comme de la chanson française, mais y a certains de leurs textes, c'est de la poésie...
"If love is a labor, I'll slave till the end"

"Les belles amitiés sont celles qui naissent sans raison"
Avatar de l’utilisateur
chouk's
joueur confirmé
 
Messages: 285
Inscription: 02 Nov 2008 00:10
Localisation: 45 Loiret (Centre)

Précédente

Retourner vers I've got a feeliiiiiing

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron