Orientations, études, doutes, envies

votre quotidien vos debats ici vous discutez de ce que vous avez envie, de ce qui vous revolte ou passionne

Modérateur: Beck team

Orientations, études, doutes, envies

Messagede Koma » 24 Avr 2009 12:22

Yo tout le monde, il faut que je vous parle d'un truc sérieux.

Certains me connaissent depuis un moment ici, je dois squatter depuis 2006 il me semble, quand j'étais en fac après le bac. Peut être que certains se souviennent aussi que j'ai passé une très sale période à l'époque (déprime post lycée, renfermement, alcoolisme latent). Suite à tout ça, je me suis réinséré socialement sur un BTS marketing/commerce à Mâcon, en prévoyant là encore "une fois terminé, 3e année en licence ou école, et hop, master, allez on fonce".

Mais dans les 2 cas, je pense honnêtement que si j'ai échoué ma fac de droit et que je me suis emmerdé dans mon BTS (raté serait un grand mot vu sa simplicité : j'ai rien branlé, mais j'aurais mon diplome sans trop d'accrocs je pense), c'est parce que j'y suis allé avec un objectif de finalité : "il faut que je trouve un truc qui permette d'avoir un avenir à peu près assuré et de la thune". Angoisse et pression sociale : le monde va mal, trouve toi une place sécurisée.

Seulement, si je fais rien qui me motive dans mes études, j'arriverais jamais à rien, car je me lancerai pas pleinement dedans.

j'ai très mal fini mon expérience bourgienne, la 2e première année, je n'allais plus en cours et je restais enfermé, en forçant ptet un peu sur l'alcool. j'ai décroché en mars/avril et j'ai d'abord pris le temps de soigner mon esprit, j'étais vraiment dans une phase de doutes et de déprime. En septembre 2007, je suis rentré dans un BTS à Macon, management/marketing, pensant que ça allait me plaire car j'étais pas mal intéressé par mes cours d'éco au lycée. La vérité, c'est que je m'y emmerde comme un rat mort, et que du coup, je le boucle en vitesse (mes examens arrivent dans 2 semaine et demi) pour pouvoir me relancer.

Mais je me suis rendu compte que si je ne suis pas intéressé par mes études, je ne ferai jamais rien durant ces dernières. Pour la suite de mon projet donc, j'avais prévu une école de commerce, mais je doute de plus en plus. L'autre alternative était une école de journalisme, qui me botterait bien, mais plus je parcours les licences de Lyon 2 (fac littéraire/sociale), plus j'ai d'autres envies : histoire de l'art, lettres modernes, sociologie, philantropie, arts et spectacles..

je suis en train de chercher quelque chose de motivant à Lyon, j'ai envie de bouger et de découvrir cette ville. Du coup, je nage dans les licences de Lyon 2 en sciences humaines/spectacle/socio/histoire/lettres et les écoles privées en journalisme ou en commerce, bien que ces dernières m'attirent moins.

J'ai peur de mal choisir et je veux dans ce cours laps de temps restant jusqu'à juin, trouver quelque chose vraiment motivant, donc je passe des heures à éplucher des descriptifs, des pages web, des expériences d'étudiants, et à voire ce qui me botterait le plus.

Concrètement donc, je sors d'un bac +2 pour repartir à zéro une 2e fois, quitte à reprendre 5 ans j'ai envie de refaire quelque chose qui m'intéresse et me motive. En attendant, je cherche (avec désespoir vu la situation à Macon) du boulot pour cet été pour mettre de l'argent de coté pour tout ça. Ma seule lumière dans tout ça, c'est que je suis en couple depuis 2 mois, c'est court, mais avec une fille que je connais depuis 3 ans et dont je suis profondémment amoureux, ce qui me motive à m'extraire de ma passivité. Le seul dernier hic, c'est ce foutu permis que je n'ai toujours pas décroché (pour le taff, c'est une horreur).

Si les choses se passent bien donc, l'an prochain je refais ma vie à Lyon. Sinon, et bien... je préfère ne pas y penser et me dire que je vais y arriver, c'est plus stimulant. J'ai perdu pas mal de temps et je veux le rattraper. Mais il me reste pour ça un examen à valider, une voix à trouver (et à réussir à entrer) et à attendre septembre prochain...

Du coup, j'aurais voulu des feedbacks personnels : vous, qui êtes au lycée, en études sup, qui bossez, sauriez vous résumez vos voies et vos décisions ? Qu'est ce qui vous (a) motive(é) ? Avez vous changé 4 fois ou trouvé direct ? Regrettez vous ? Et si certains connaissent les études à Lyon et/ou officient ou ont des amis officiant dans ces voix "littéraires/artistiques" que sont la sociologie, l'antrhphologie, l'histoire, les lettres, les arts et spectacles, comment vivez vous ça, quels sont les pièges, les arnaques, les motivations, comment ça se passe quoi ? Toute anecdote, conseil, impression personnelle est la bienvenue, le but est de partager des sentiments en tant que jeunes et étudiants, car je vous jure, j'ai une flippe monstrueuse de me planter dans mes choix, et de passer à coté de ma jeunesse une 2e fois. j'ai déja perdu 4 ans, j'ai envie de rattraper tout ça et de faire un truc motivant à mort. Mais avec mon passif plutot instable, je suis presque terrifié de me tromper quand je passe une journée à faire du tri et analyser tout ça. Ca me fout des vertiges.

Pour les lyonnais connaisseurs, mes premières pistes sont

-HEJ : Haute Etudes de Journalisme (privé) : http://www.hej.fr/
-Lyon 2 Lumière / Lyon 3 Jean Moulin :

Licence en sciences humaines et sociales option philo (http://facdephilo.univ-lyon3.fr/3103000 ... I-FORM-lic)

Histoire : http://www.univ-lyon2.fr/NLBB310_271/0/ ... formation/

sociologie : http://www.univ-lyon2.fr/NLAA310_271/0/ ... formation/

lettres modernes : http://www.univ-lyon2.fr/NLDA320_271/0/ ... formation/

AES : http://iae.univ-lyon3.fr/3104001IL/0/fi ... M&DETAIL=1 ou http://www.univ-lyon2.fr/NLFA310_271/0/ ... formation/

-ISCPA (institut des médias) : http://www.iscpa-lyon.com/(privé aussi)
-Hydrac (bof, vraiment bof : j'ai que des feedbacks modérés : école bourgeoise, prétentieuse, TRES chère, fils à papas)
-Iseg (commerce, marketing, éco, là encore ça me rebute de plus en plus) : http://www.iseg.fr/fr/index.php

Si jamais vous avez là dessus des connaissances perso, ou des amis qui y sont, ou qui ont des échos aussi...

(ce topic n'est pas que personnel, je l'ai aussi créé pour que tout étudiant en doute ou ayant des questions/conseils/découverts/critiques puisse venir y poser ses mots)
your love is a dragster wave
it makes us breathe like two machines.
Avatar de l’utilisateur
Koma
Doors Of Perception
 
Messages: 5435
Inscription: 30 Sep 2006 10:57
Localisation: jours étranges

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Staph Beck » 24 Avr 2009 12:36

pas mal de chose a dire, mais la j'ai pas le temps je file chez Hed, je te fais un ptit / long post ce soir en rentrant
Tonight's the night. And it's going to happen again, and again. It has to happen. Nice night.
Avatar de l’utilisateur
Staph Beck
Guitar Lover
 
Messages: 6630
Inscription: 11 Fév 2007 20:48
Localisation: Kickapoo

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Aveuh » 24 Avr 2009 12:37

Bon c'est absolument pas mon domaine. Y'a quelques personnes qui pourront te rencarder sur le forum au sujet des études en SHS (MEL et Nours en ligne de front) en général mais pas sur Lyon.

En ce qui me concerne, tout ce que je pourrais te conseiller c'est de pas hésiter a chercher sur les sites des écoles/universités les pages de labos de recherches (y'en a toujours même pour les SHS) et de trouver un ou deux profs à mailer pour leur expliquer ton cas et avoir plus de renseignements de "l'intérieur".

Aussi, si t'as du temps à perdre sur Lyon, tu peux te pointer a un amphi ou deux et squatter le temps d'un cours pour tâter le terrain ... Même si ca risque d'être difficile pour toi vu que la fin des cours approche et que t'es en phase de révision. Enfin, je pense qu'il y a moyen de contacter les centres étudiants du coin (genre maison des étudiants de l'université, des assos dédiées à chaque domaine, ou autres du genre) pour avoir des opinions d'étudiants.

Je suis pas sur que ce que j'ai dit te servira mais en tout cas bon courage pour la suite :)
We pretend it's personality
But it's really sexuality
We put faith in love and honesty
But the stuff that makes our history and sets us free is curiosity


Pain of Salvation - Curiosity
Avatar de l’utilisateur
Aveuh
Admin très con à la retraite
 
Messages: 4678
Inscription: 06 Juil 2006 21:04
Localisation: Paris mon amûûûr

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Missing Eddie Lee... » 24 Avr 2009 14:43

MEL à la rescouuuusse!! :p

Bon, je vais juste te donner mon expérience estudiantine en Histoire. Pour le reste j'ai que des idées vagues. Par exemple les licences de Lettres Classiques et Modernes, c'est archi bouché, tout comme la Psycho. L'Histoire c'est un peu pareil, et pire encore pour l'Histoire de l'Art.

En terminale, j'étais assez forte en langues (bilingue portugais, plus bonnes notes en anglais, allemand et russe). Et mes parents me disaient que je devais en profiter (ils me voyaient déjà interprète pour l'Union Européenne, lol), mais quand j'ai vu les programmes de LEA (Langues Érangères Appliquées) avec plein de grammaire et trop de précision linguistique et peu de cours de civilisation, j'ai vite abandonné. C'est pas mon truc la grammaire pointilleuse. J'ai tjs adoré l'Histoire, du fait de l'histoire familiale de mon père je pense, et lui même adorait ça donc j'ai baigné dedans depuis toute petite. C'est pour ça qu'en 2003, je me suis inscrite en Histoire à la fac de l'UPPA (Univ. de Pau). C'est vrai que je pensais pas (et c'est tjs le cas) à mon avenir mais plutôt à apprendre plein de trucs.

En L1, j'ai donc pris une option anthropo (génial!!!!) et art moderne (à fond la Renaissance, slurp! :) ) . En L2 et L3, archéo et histoire des civilisations précolombiennes. Ainsi que de la paléographie médiévale (étude et transcription de manuscrits médiévaux). Les cours d'anglais étaient sensés être obligatoires, mais bon vu le niveau, aller aux exams a amplement suffit. Dès la L1 on choisit de faire de la géo ou pas. J'en ai pas fait, mais j'aurais peut-être dû car c'est la galère sinon pour passer les concours d'enseignement (j'en parlerais plus tard). Bref, en Licence d'Histoire, on étudie donc les 4 périodes historiques françaises (ancienne, médiévale, moderne - càd XVe/fin XVIIIe - et contemporaine - déb. XIXe à nos jours). S'y ajoutent d'autres options comme j'ai cité plus haut : Anthropo, Socio, Langues (en plus de l'anglais, j'ai continué le russe), Art Moderne ou Contemporain, Maths, Géo (bcp d'options différentes s'y insèrent). Après, tout dépend des universités.
Avec une licence d'Histoire, on a généralement pas grand chose pour trouver du boulot. Bcp des etudiants qui étaient avec moi faisaient de l'Histoire pour aller ensuite en école de journalisme (apparemment c'est la voie la plus courante). Les autres voulaient être profs ou instits et donc pour cela il fallait faire un Master 1.

Pour ce M1, je suis allée à Caen. C'est en M1 où tu commences vraiment à te spécialiser, à explorer la période qui t'intéresse le plus dans l'Histoire. Et là y a autant de choix que tu veux tant que ton projet de recherche tient la route, tu peux faire de la recherche sur la culture des pommes de terre dans le Nouveau Monde aux XVIIe - XVIIIe siècles ou (c'était mon sujet de M1) une étude sur les relations de l'aristocratie northumbrienne (anglo-danoise) et les conquérants de l'Angleterre anglo-saxonne (milieu Xe - début XIIe). Bref, y a des exemples à foison. Tu te plonges dans les archives ou les écrits des contemporains de l'époque que tu étudies, t'utilises l'archéo si besoin, ou des films de cinéma, des documentaires etc. T'es plus obligé de te taper les cours sur les périodes qui t'intéressent pas (pour moi, la contemporaine).
Après, le M1, bcp d'étudiants,presque 80% en fait d'après mon expérience, s'inscrivent à l'IUFM pour préparer les concours de l'enseignement (CAPES, prof. des écoles etc).

J'ai continué en M2, avec un nouveau sujet mais on peut aussi prolonger le sujet de M1 si on a envie et si le prof est d'accord. Ce M2 je le fais en 2 ans mais généralement en un an ça suffit. Là, je suis en plein dans les Vikings, le sujet de M1 étaient plutôt un mélange entre l'étude des Anglo-Saxons et les Vikings assimilés en sol anglais. Généralement, après le M2, soit on arrête, soit on passe un concours d'enseignement, soit on fait un doctorat. Là je suis en 2 année de M2 et j'ai préparé l'agregation (concours pour être enseignant en collège, lycée et surtout à l'université) que j'ai ratée et que je vais retenter sérieusement à Paris (j'espère) l'an prochain. Après avoir passé (et réussi hum hum) l'agreg dans un an, je compte faire un doctorat et devenir enseignant-chercheur mais bon on est encore loin et les réformes n'aident pas pour se décider. :)

Les études d'Histoire mènent surtout à l'enseignement. C'est pour ça que bcp s'arrêtent en M1, puis IUFM puis prof stagiaire, puis prof pour de bon. Mais attention, pour préparer le CAPES via IUFM il faut avoir fait de la Géo en Licence! Pour l'agreg pas de pbm, même si ça doit être un plus (quoique...). Hormis être prof, tu peux aussi préparer des concours comme bibliothécaire ou de simples concours d'administration (ça marche avec n'importe quelle licence ça). Et enfin, mais c'est encore plus bouché que le professorat, la spécialité Archives et Patrimoine pour bosser dans les musées etc et l'Archéologie. Ce sont des domaines très très intéressants mais c'est la lutte pour avoir un poste (encore pire que l'agreg d'Histoire - 84 postes cette année) et pour avoir une bonne formation. Dans ce domaine, l'École du Louvre c'est le must.

Pour ma part, je voulais faire de la recherche mais c'est très très rare d'être juste chercheur CNRS en Histoire. Du coup, je vise enseignant-chercheur mais pareil, la route est longue. Si au bout du doctorat et de l'agreg, je réussis à être tout de suite prise pour enseigner en université, je gagnerais entre 2000 et 3000 euros en tant que maitre de conférence, 2200 à 3500 euros quand je passerais professeur ou directeur de recherche. (Mes chiffres datent un peu mais je ne pense pas que ça ai bcp changé). Tout ça après 3 ans de licence, 3 de master (1 et 2), 1 pour prépa à l'agreg, 3 à 4 pour le doctorat. Il faut donc aimer les études, aimer beaucoup l'Histoire et ne pas courir trop tôt après les sous. :)

Voilà voilà ce que je peux te dire à ce sujet. Si jamais d'autres choses me viennent à l'esprit, je noterais ça. :)

Edit : ah, j'ai jeté un œil sur la page de l'Univ. de Lyon 2 pour l'Histoire. ça l'air pas mal, l'idée des conférences en langues étrangères est super, c'est un plus si jamais on veut partir en Erasmus ou même continuer en M1-M2.

Sinon, je pense que commencer dans une petite université est peut-être mieux, pour ce qui est de l'Histoire en tout cas. À Pau, en L1 on était 120 env. Les profs avaient le temps pour nous hors des cours etc. À Caen, j'ai eu la chance de choisir la période Viking qui n'intéresse pas grand monde. En M1, nous étions 2. En M2, idem (le prof avait en plus un étudiant de M1). En gros, mon dir. de recherche me bichonne et il a le temps pour causer etc (bon, moins maintenant qu'il est directeur du CRAHAM) mais qd je compare avec les profs de contemporaine, je suis bien contente. Car la période contemporaine est ce qui attire le plus les étudiants d'Histoire (beeeeeeerk !!) et du coup c'est très bouché.
Universe in a ball.
Missing Eddie Lee...
Farfadet farfelu
 
Messages: 1127
Inscription: 05 Juin 2006 22:17

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Leck » 24 Avr 2009 16:24

Alors pour commencer mon histoire à moi je vais reprendre les mots de Koma...
Si les choses se passent bien donc, l'an prochain je refais ma vie à Lyon. Sinon, et bien...

... je reste à Clermont, je reste chez mes parents, je fais une Fac d'Anglais LLCE et ma derniére porte de sortie c'est Erasmus.

L'autre jour je sortais du tram pour rentrer cez moi, j'étais tout seul, car je suis un peu l'ermite de ma bande de pote qui vit tout seul dans son quartier.
Tout de suite ou presque, je me suis fais aborder par une bande de types: fringués classe, la grosse vingtaine, ils chantaient "Quelqu'un m'a dit" un peu ivres.
Une petite blonde me prends en particulier pour discuter à l'écart des autres. Une fois qu'elle a appris que j'habites chez mes parents, elle arrête de me draguer et d'essayer de me traîner à l'Atelier, une boîte pour jeunes cadres, et on s'est mis à parler d'orientation, parce qu'elle était au même lycée que moi, et que ça doit être le sujet qui vient naturellement à l'esprit quand on parles à un terminale.
Je me suis rendu compte d'un grand desespoir chez elle. Elle avait fait une LEA et un master de commerce. Elle revenait de New York avec un copain à elle: elle gagne bien sa vie.
Cette jeune femme de 27 ans m'a vraiment les mérites d'Erasmus et, d'une maniére générale, des études "ailleurs". Vivre à Clermont, pour elle, est une source de regrets. Elle a fait son nid, à Clermont, et elle ne peut plus le quitter.
C'est aussi une de mes peurs.

Dans "La Jeunesse de Picsou", quand il découvre la pépite qui lui permettras de batir sa fortune, il peut décider de rester au Klondike, de vivre son amour avec Goldie la Blonde, ou alors de... j'arrive pas à le dire en français: to achieve his dreams. poursuivre ses rêves, continuer l'aventure, poursuivre le projet de sa volonté. Achever l'oeuvre de sa vie.
Balthazar Picsou part et il a raison de partir.

Le refrain de Z.I.T.O. :
Somehow I turn around and see
My nerves break down inside
Maybe you might know much more than me
So tell me what is right to say

Le personnage principal revient du nouveau monde aprés une vie d'aventure. La fille qui l'attendait à fait sa vie avec quelqu'un d'autre, ou tout simplement le hait de l'attente.
Down the weakness of my soul
Lie the secrets, and I know
There's something pushing back
Wish my hands could turn to gold
And my heart would break the cold
To give my thoughts some sense

Le marin repense à ses années sur la mer.
The turn is close, new century
Still people think they're kings
Now you've got your voice,
Your own speech
Don't wait 'till someone else agress

Swimming naked of beliefs
And responsabilities
Just feel the sea of bliss
Mother nature brings to me
In fantastic purity
Everything I need

Like a teenager discovery
What's more delightful than this?
Try to remember how good it was
Feeling the life as it is
To believe!

New world was born out of man's dreams
Now we walk on our own
The angels cried, you've heard them weep
But now it's time to make them sing!

Et voilà comment je veux, je doit vivre. Comme ce marin imaginaire à vécu.

Frédéric Chopin, un de mes modéles, a du faire le chemin de la Pologne jusqu'à Paris pour trouver sa high life.
Alexandre le Grand a fait huit milles kilométres pour trouver l'amour.
Victor Hugo: Et s'il n'en reste qu'un, je serais celui là.

You got to have the luck you got to have the look.

Sébastien Tellier: "Pour moi l'image d'une vie réussie c'est quelqu'un qui vit ses fantasmes". Aucun des miens n'est à Clermont... Mais à Lyon non plus.

Deux idées du destin: la 9eme de Beethoven et son texte peu équivoque. Mais surtout la Polonaise op53 de Chopin, dans laquelle je lis l'effort d'un deséspéré pour exister, sa joie et sa tragédie, et au milieu de tout ça, si longue et si rapide (slow-fast, love fast), un genre de paix, de fontaine dans un parc, la nuit.

Cette fille que j'aime un peu et qui veut aller faire ses études à l'école des 3A. C'est ça qui m'a motivé pour trouver de meilleures solutions do'rientation, à la dernière minute.

Blow Up.
Pierrot le Fou.
Un genre de calme idéal:
On l'a retrouvé!
Quoi? L'eternité!
C'est un peu de mer
Mêlé au soleil


Tout ça c'est pas gagné. Avant d'atteindre mes rêves, il faut que je m'achéves moi même.



Raison: L'année prochaine, partir à Lyon pour Lettres Modernes / Anglais LLCE; avec l'option Français Langue Etrangère.
Partir en Erasmus. M'exiler n'importe où en Europe pour un Master.

Pendant mon temps libre: tenter des expériences avec la croix rouge; animer des colos à l'étranger; faire des petits boulots dans le milieu de la "culture".

Ne pas dormir.



Enfin voilà, c'est un peu comme ça que je vois mon orientation future, avec deux peurs: l'ennui et l'échec d'études qui ne me correspondent pas. Mais au but du voyage, y'a l'autarcie sur une île de papouasie avec la plus belle fille du monde, à écrire des poémes et des romans et jouer de la guitare et regarder les oeufs de tortues de mer éclore en buvant du rhum et du lait de noix de cocos.
La distortion, c'est pour les garçons,
Et le Feedback, ça donne la niaque.
Mais les solos ça donne chaud,
Alors les filles se déshabillent.

Jacques Prévert.
Avatar de l’utilisateur
Leck
Poète De Cave
 
Messages: 2656
Inscription: 21 Fév 2007 19:52
Localisation: Clermont-Fd

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Missing Eddie Lee... » 24 Avr 2009 17:48

Erasmus c'est génial, j'en ai jamais fait mais j'espère partir en Scandinavie quand je serais en doctorat. Mais attention, Erasmus n'apporte pas un diplome étranger. Pour un master par ex, tu as un master français au final, passé à l'étranger et reconnu par ton université et l'État français. C'est le système universitaire. Pour les écoles, il me semble que ça marche autrement. :) Enfin, c'est ce que j'ai entendu dire. Mais il est clair que partir à l'étranger ça aide bcp bcp et surtout pour les Français qui sont réputés pour être des merdes en langues (et à raison).
Universe in a ball.
Missing Eddie Lee...
Farfadet farfelu
 
Messages: 1127
Inscription: 05 Juin 2006 22:17

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Oza » 24 Avr 2009 18:43

Intéréssant ce topic, j'avais déja hésité a en creer un du même genre, mais la c'est pour la bonne cause du coup.

Pareil qu'Aveuh, ce n'est pas du tout mon domaine donc pour te conseiller, ça va pas etre évident mais tu as demandé que l'on parle de notre parcours, de nos envies... donc voila c'est parti ^^

Moi le choix n'aura pas été tellement difficile, j'ai toujours adoré tout ce qui été scientifique, et l'éducation nationnalle propose pas mal de truc à ce sujet!

En fait, je n'ai pas vraiment choisi, je me suis plutot laissé porter. Mon premier choix s'est fait en seconde, ou il fallait choisir l'option. Mon petit lycée ne proposait pas grand chose, donc le choix fut assez simple à prendre: physique chimie (je me rappel plus du nom exact)

Par la suite deux choix se proposer a moi: le Bac S, et bien que ce soit S pour Scientifique, c'est quand même un bac très générale, qui reprend les mêmes matières étudiés en seconde générale. Mon deuxieme choix, du moins dans ce qui existait au lycée ou j'étais, était le Bac STL CLPI (Chimie) qui a été finalement plus ou moins choisi par mes profs, qui me le conseillé fortement vu que mes notes était vraiment pas top en français, langues vivantes, hitoire-gé....
Ensuite ma fégiantise, m'as finalement décidé, en STL plus qu'une seule langue, plus d'histoire en term, plus d'SVT (bon à la base j'aime bien la bio etc... mais à la longue c'était devenu aussi chiant que l'histoire avec tout ces termes à apprendre par coeur! Bordel le principal c'est de savoir comment ça marche non?), si 15h de chimie par semaine pouvais remplacer tout ça, ça me convenais tout à fait!

Je savais pas trop dans quoi je me lançais, mais en fait, j'ai adoré, la chimie géné, la chimie minérale, le génie chimie, la chimie organique et les TP un vrai régal! Pas comme en physique ou ça merdais tout le temps ^^
Il y a juste les maths qui me manquais, je m'emmerdé d'une force pendant les cours, je comprenais le premier exercice type que je fesais en même temps que le prof était en train d'expliqué, mais quand il rentrait en détail pour bien comprendre, c'est à dire le cours suivant, j'avais envie de crier "c'est bon j'ai compris, on peut pas passer à la suite!"

Bref du coup dans ma lancée j'ai continué sur le BTS chimie, qui reprennais plus en détail ce que j'avais déja étudié, avec qq nouveautés, donc c'était cool et tranquille pour moi... bien sympa. En plus, avec la bande de pote qu'on est devenu, on déliré bien, pendant les TP ct folklo ^^, les profs été vachement plus cool, on s'entandais bien avec eux, on fesais même des soirées avec lol
C'est là que ça m'as donné envie d'être prof, j'ai toujours été passionné, et j'adorais expliqué "des trucs scientifiques" comme disais ma soeur, en cours, je reprennais souvent les explications pour ceux qui n'avais pas compris, et ça passer super bien. Comme j'adorais l'ambiance et tout... je me suis lancé et me voila partie pour une licence de chimie!
Mais là, la fac, grosse deception, des profs blasés, qui te "balance le cours" des élèves blasés, des matières en moins, des nouvelles avec des trucs difficiles à ingurgité, qu'on ne t'aide pas du tout à digéré, des notes qu'on donne n'importe comment, un peu à la tête de client! Bref je me suis fait chier, j'ai pas du tout aimé! Mais j'ai quand même eu ma licence, bah oui, faut bien afficher un bon pourcentage de reussite...

Enfin donc je passe a la deuxieme étape: le capes, je savais que ça risquais d'etre difficile. La moitié de physique, et j'en avais pas fait depuis la seconde (donc la je regrette un peu de pas avoir fait un Bac S finalement...) Mais alors je me suis bien tolé en fait! Parce qu'en plus de ça les maths de la physique n'ont rien à voir avec les maths de la chimie! Et j'avais donc des grosses lacunes en maths et en physique à rattraper... j'ai toujours adoré les maths, et la physique j'aimais bien, mais la, c'était trop d'étape griller à la fois :s
J'ai tenu jusqu'à fin décembre jusqu'a dire "Stop!"

Donc j'ai commencé a revenir à mes ancien amours et à chercher un poste de technicien chimiste. J'avais un peu peur de faire de l'analytique, ce que j'allais surment faire vu que je n'avais de spécialité formulation ou organique... ce qui aurait pu etre vachement intéréssant (lié à une sorte de recherche mais en entreprise).
Mais finalement si aujourdhui je fais du controle qualité, ce n'est pas la routine comme je l'aurais pensé, on doit souvent chercher des solutions à des problèmes techniques, comment l'appareil fonctionne, comment le réparer, est-ce que ça vient d'une réaction chimique, etc... Et c'est vraiment loin d'etre la routine... parfois c'est un peu chiant quand les problèmes arrivent, mais etre tous la entre technicien à chercher le problème et finir par trouver la solution ensemble, c'est vraiment sympa. Ce qui est beaucoup moins cool c'est les cadres à la con qui nous font pas tjs confiance "Et oui on est que technicien'" Et surtout qui comprenne pas toujours tous.... [mode anecdote] mais aujourdhui c'est finalement passé dans notre sens, on a du mal... pour un peu il allait produire tout un lot, entierement faux, qui aurait du etre mis a la beine! Bon ça a été jeté, mais au moins c'est pas dans les flacons ^^ c'est une perte financière, mais beaucoup moins importante que de détruire des flacons. [/mode anecdote]

Tout ça pour dire, que bon, parfois les études sont rarement l'exemple de la réalité, ce qui peut paraitre chiant en cours, peut devenir intéréssant en entreprise, et vice versa. Bon ce n'est pas forcément mon cas, moi mes études me plaisaient et elle me servent bien aujourdhui. C'est plutot le reflet du poste qui me fesait peur. Mais la je pense que ça dépend de l'entreprise... On est une bonne petite équipe qui s'entend bien, et j'aimerais pas etre toute seule dans mon labo, à avoir des comptes à rendre au dessus...


Je ne sais pas si mon histoire t'aura vraiment aidé, moi ça ne tiendrais qu'à moi je choisirai sans doute la sociologie dans tous tes choix. D'une part parce qu'étudier le comportement de l'homme je trouve ça vachement intéréssant. Et d'autre part parce que je pense que tu peux avoir pas mal de déboucher par la suite.
Avatar de l’utilisateur
Oza
Queen Of The Geeks
 
Messages: 1403
Inscription: 26 Oct 2007 17:29

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Staph Beck » 24 Avr 2009 20:16

Koma a écrit:Seulement, si je fais rien qui me motive dans mes études, j'arriverais jamais à rien, car je me lancerai pas pleinement dedans.

Bon alors, deja je pense que c'est normal d'etre inquiet sur son avenir, ses etudes, le choix qu'on fait plus ou moins librement. Et tout le monde (enfin j'imagine) s'est deja posé la question du "qu'est ce que je fous là, est ce que ca m'interesse ? pourquoi je capte rien etc"

C'est un passage, si tes etudes ne te plaisent pas tu apprendras surement a les aimer, a trouver de l'interet (c'est a dire les trucs les moins pire) dedans.
Evidemment ce n'est pas la bonne solution mais (la c'est plutot pour Leck) on est souvent pleins de reves et la vie c'est autre chose. Tu peux tenter dans
des voies qui te plaisent evidemment, c'est meme le conseil que je te donne, mais apres faut savoir rebondir. Leck fonce dans ce qui te plait, apres tu arrivera peut etre au meme point que Koma. D'un autre coté si on est passionné ca passe tout seul et tes etudes sont un moment de pur bonheur.

Pendant longtemps on a dit fac de lettre c'est bouché et fac de science y a des debouchés. Je pense que c'est a motié faux. Il y a + de gens en lettre voila
tout, ca doit parler d'avantage au gens et quand il faut une licence pour faire iufm c'est plus facile. (par contre on paie les pots cassés après pour des problemes de pythagore dont on comprend plus rien). Donc aujourdhui science ou lettre je dirai c'est le meme combat.

Mais je me suis rendu compte que si je ne suis pas intéressé par mes études, je ne ferai jamais rien durant ces dernières. Pour la suite de mon projet
donc, j'avais prévu une école de commerce, mais je doute de plus en plus. L'autre alternative était une école de journalisme, qui me botterait bien, mais
plus je parcours les licences de Lyon 2 (fac littéraire/sociale), plus j'ai d'autres envies : histoire de l'art, lettres modernes, sociologie, philantropie,
arts et spectacles..

Alors pose toi des questions simple. par exemple vaut il mieux avoir un job regulier (35h/semaine) et avoir un salaire qui tombe a la fin du mois ou plutot
des missions, des periodes de boulot et des periodes de chomage (ex : intermittent du spectacle). Voit le coté reel de chaque metier. Bon quand tu dis
spectacle je pense que tu te vois plus comme organisateur etc.
Pose toi aussi la question du cout des etudes, est ce que je peux faire un emprunt, le temps que ca va prendre pour le rembourser, puis je compter sur mes parents ? La fac est "gratuite" les ecoles d'art par exemple sont hyper cher. Les ecoles de commerce sont payantes non ?

Ta demarche de temoignage etudiant est une bonne idee, mefie toi des plaquettes et va au portes ouvertes en ayant assez de recul necessaire (poudre au yeux).

Comme le souligne MEL, tu sors d'un bac+2 tu es pret a tenter un bac+5, là encore niveau argent ca veut dire que tu touchera pas de salaire avant 5 ans si tu reussi ton master, ca te fera quel age, la retraite a le temps d'etre reformé 10 fois avant qu'on la touche mais bon.

Le couple c'est bien, si vous faites les memes etudes ca peut etre motivant (tu viens on revise a la BU ? nan concentre toi laurent arrete de regarder mes
seins !!) Apres j'aurai tendance a pas melanger les deux, couple et boulot ca fait 2. Pour l'instant le couple passe avant pour toi mais a toi de voir. J'ai
un pote qui va tout plaquer pour partir avec sa nana au japon. Il fait passer son couple avant ses etudes (il lui reste plus qu'un an a valider du coup ca va
attendre son retour) Perso je trouve ca dommage pour lui car il a mon age (27 ans) et il arrivait enfin a la fin de qqch, pas mal de reorientation et puis
pouf il risque de tout perdre. Les etudes te donnerons un taff pour la vie.

Concernant les decisions je suis tres mal placé, au tout debut j'ai pas choisi, au bout d'un an j'ai subi une reorientation forcé, un truc m'a plu mais j'ai pas ete accepté, finalement je me suis retrouvé a la fac. Une fois la main la dedans c'est dur de s'en defaire. J'ai fait des dossiers pour d'autres trucs de facon a m'en echapper conscient que quand y a ecrit FAC sur ton nom tu perds en crédibilité. Ca se verifiait puisqu'on m'acceptait pas, à un moment donné j'ai eu marre de payer des frais d'inscription dans le vent.
Apres le deug tu dois choisir ta licence et apres la licence tu dois choisir ton master. Ce qu'il faut retenir c'est que c'est des passerelles, tu peux
normalement te reorienté sans perdre d'annee. Si t'as des lacunes parceque pas suivi la voie normal au debut, faudra de la motivation pour combler tout ca.
Mes choix ne sont pas d'ordre professionnel mais j'ai vu le coté arrangeant des choses (reste dans MA region avec mes potes et mon confort) et en reflechissant un minimum j'ai pas vraiment fait de specialisation. Il est encore trop tot pour dire si ce fut un bon choix, donc je peux pas dire si je regrette, si y avait pas la crise je serai toujours en poste. Il faut donc bien voir qu'a l'heure actuelle il est dur de dire tel ou tel secteur est prometteur (on parle de l'environnement, l'agroalimentaire revient un peu sur le devant de la scene). Je ne suis pas specialisé comme un ingé, je suis plutot diversifié. Apres tout depend du job. Quand tu es au bon endroit au bon moment ca le fait, c'est des opportunités et les etudes sont au second plan si tu as du relationnel. Choisi bien tes stages (dans des boites qui peuvent te garder apres)

j'ai une flippe monstrueuse de me planter dans mes choix, et de passer à coté de ma jeunesse une 2e fois. j'ai déja perdu 4 ans, j'ai envie de
rattraper tout ça et de faire un truc motivant à mort. Mais avec mon passif plutot instable, je suis presque terrifié de me tromper quand je passe une
journée à faire du tri et analyser tout ça. Ca me fout des vertiges.

au vue de ta personnalité que tu decris il me semble que meme quand tu aura fait ton choix tu te posera un moment ou un autre pour te dire "putain est ce que j'ai fait le bon choix ?" Et là je te conseille d'ecouter leslie :boulet:

ces voix "littéraires/artistiques" que sont la sociologie, l'antrhphologie, l'histoire, les lettres, les arts et spectacles, comment vivez vous ça,
quels sont les pièges, les arnaques, les motivations, comment ça se passe quoi ?

Alors ca va etre la partie la moins noire de mon post, et je vais le finir la dessus. Je te raconte l'histoire d'un de mes meilleurs potes de lycee. On a
passé le bac S ensemble (d'ailleur t'as quel bac ?) et arrive le choix d'orientation. Contrairement a moi, mon pote avait passé des test au CIO qui avait
ciblé le domaine qui allait lui correspondre au mieux. Ca parait tout con, un quizz sur pc mais il s'est fié a ca. Le quizz disait en gros "fait socio" Il
s'inscrit en fac de lettre et fait socio au plus grand desespoire de notre prof de physique (mon pote etait super doué en science). Il passe les annees
jusqua bac +3 je crois (tandis que moi en science et apres reorientation je redouble annee sur année. On peut donc tiré la lecon que si tu fais des etudes
qui te plaisent tu redoubleras pas^^).
Il bouge à metz pour sa troisieme annee, il voyage pour lui (pas d'erasmus) et finalement se retrouve au chomage, pas mal de mois. Il est tenté par un taf de
projectionniste, participe a plein d'evenement sociaux, fait des films sur les manifs, participe a des associations (il avait aussi mis en place un journal
etudiant, j'ai toujours suivi de pret ou de loin en tant qu'"artiste" ces activités, on a pas mal partagé a ce niveau). Un jour arrive un job, s'occuper
d'une MJC. Le salaire est pas elevé, le taff demande des heures parfois tordues, dans le stress de savoir si il sera prolongé au bout d'un an etc. Il accepte
et s'occupe donc de cette MJC (il est pas tout seul bien sur). Il met en place un site, organise des projections de film gratuit (film libre de droit ou
alors il demande les droits) il est amene a cotoyer des gens réalisateur de film, artiste, musiciens etc. Il organise des concerts, donc recherche de groupe,
etc et a la fin de la soiree il mange avec les artistes. Il a la vie dont il a toujours revé je crois. Il réalise des reves qui n'etait pas forcement des
reves de lyceen mais qui sont ses reves actuels. Il reve de diffuser tel film ? et ben il va tout faire pour. Contacter l'auteur etc.
Et puis voila depuis un an il a une copine et tout va bien, il l'a connu en faisant de la colloc (fan de l'auberge espagnole ^^).
Tout ca pour dire que : c'est possible.

Ozaka (que je viens de lire) apporte un point interessant, tes etudes ne sont pas le reflet de ton taff en entreprise. Si mes etudes ne m'ont pas spécialement plu (mais plutot les potes que je me suis fait par exemple, et les filles que je me suis faites aussi lol, nan je deconne) le taff et meme le stage m'ont vachement interessé. Je me suis surpris a dire par moment "ah ouais j'ai vu ca en cours" genre ca sert a quelque chose ^^
Mais tu apprends vachement sur le tas, à l'aide des autres. Ou tout seul, c'est encore mieux parfois.
Tonight's the night. And it's going to happen again, and again. It has to happen. Nice night.
Avatar de l’utilisateur
Staph Beck
Guitar Lover
 
Messages: 6630
Inscription: 11 Fév 2007 20:48
Localisation: Kickapoo

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Koma » 24 Avr 2009 22:01

Tout d'abord vos messages m'ont touché, je vous remercie de répondre avec autant de franchise. Cependant, suite à des discussions plutot houleuses, des remises en question, des angoisses et des constats, j'ai la tête qui est en guerre depuis toute la journée, et mes nerfs ont laché, donc là je viens de passer une heure amorphe, en larmes, assis par terre, je viens seulement d'arriver à me calmer et du coup je ressens une fatigue immense, j'ignore si je badtripe encore sans m'en rendre compte ou si pleurer m'a libéré d'une pression que je me mettais depuis des semaines sans m'en rendre compte. Je vais aller dormir car j'ai le cerveau à l'envers, et je répondrais donc en détail ce weekend. Mais avant tout, je vous remercie déja pour vos chouettes avis, c'est gentil de votre part. Je vous aime tous sur ce forum, vous êtes un peu une 2e famille pour moi.
your love is a dragster wave
it makes us breathe like two machines.
Avatar de l’utilisateur
Koma
Doors Of Perception
 
Messages: 5435
Inscription: 30 Sep 2006 10:57
Localisation: jours étranges

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Nours » 24 Avr 2009 23:16

Koma a écrit:Je vous aime tous sur ce forum, vous êtes un peu une 2e famille pour moi.


I need a kleenex
Avatar de l’utilisateur
Nours
Panda Tyranique
 
Messages: 4710
Inscription: 08 Mai 2006 19:16
Localisation: Région Parisienne

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Leck » 26 Avr 2009 12:32

Koma : :angel:

Ce matin en rentrant de soirée, gros moment de doute: mes potes sont trop cool. Mais il faut que je partes quoi.
La distortion, c'est pour les garçons,
Et le Feedback, ça donne la niaque.
Mais les solos ça donne chaud,
Alors les filles se déshabillent.

Jacques Prévert.
Avatar de l’utilisateur
Leck
Poète De Cave
 
Messages: 2656
Inscription: 21 Fév 2007 19:52
Localisation: Clermont-Fd

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Staph Beck » 26 Avr 2009 13:04

et peut etre que tes potes partiront plus tard ...
les potes ca vient ca va, c'est pas quelque chose de figé, c'est tes potes parceque vous etes tous du meme coin. Si tu bouges ou que eux bougent ca sera l'occasion de voir si vous etes vraiment pote : si vous gardez contact, alors ok c'est des vrais potes, sinon c'est juste des gens qui ont ete la avec toi un temps. Les potes tu t'en referas, tout le temps, partout.
Tonight's the night. And it's going to happen again, and again. It has to happen. Nice night.
Avatar de l’utilisateur
Staph Beck
Guitar Lover
 
Messages: 6630
Inscription: 11 Fév 2007 20:48
Localisation: Kickapoo

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Aveuh » 26 Avr 2009 13:12

+253
We pretend it's personality
But it's really sexuality
We put faith in love and honesty
But the stuff that makes our history and sets us free is curiosity


Pain of Salvation - Curiosity
Avatar de l’utilisateur
Aveuh
Admin très con à la retraite
 
Messages: 4678
Inscription: 06 Juil 2006 21:04
Localisation: Paris mon amûûûr

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Leck » 26 Avr 2009 13:16

Non mais eux, au moins les deux avec qui j'étais hier soir, c'est des vrais putains de potes :D J'ai strictement aucun intérêt financier, sexuel ou social à trainer avec eux, mais c'est toujours que du bonheur. On peut faire n'importe quoi, ça peut être la loose la plus totale, bah on se marrera quoi. Y'a pas des masses de gens aussi géniaux, et ça serait trop con de les perdre.
Mais d'une, Lyon c'est pas loin de Clermont. De deux, Facebook + MSN + le Téléphone = Pas moyen de perdre le contact. De trois, je ne VEUX PAS rester à Clermont.

EDIT: Je vois un tas de gens. J'ai un tas de potes au lycée et même ailleurs: je suis d'un naturel sympa, je suis drôle et toujours partant pour faire la fête. Mais ceux là ils sont vraiment spéciaux et je ne peux carrément pas les supprimer de ma vie ou quoi. Bien sur que je peut retrouver des amis et sans doute aussi géniaux ailleurs, mais c'est des gars que je connais depuis 10 ans quoi pour le plus ancien. Et les amitiés de 10 ans ça se noue pas comme ça.
La distortion, c'est pour les garçons,
Et le Feedback, ça donne la niaque.
Mais les solos ça donne chaud,
Alors les filles se déshabillent.

Jacques Prévert.
Avatar de l’utilisateur
Leck
Poète De Cave
 
Messages: 2656
Inscription: 21 Fév 2007 19:52
Localisation: Clermont-Fd

Re: Orientations, études, doutes, envies

Messagede Staph Beck » 26 Avr 2009 13:36

alors il faut qu'ils ressentent la meme chose a ton egard :)
et meme avec le telephone msn etc c'est avant tout la volonté et l'envie qui te font garder des contacts.
j'espere que ca sera tes potes pour la vie hein je veux pas etre rabat joie, il faut pas que ca t'empeche de partir si tu veux partir c'est ca que je voulais mettre en avant a la base. Mais tu l'as souligné, que tu pouvais rester en contact avec eux et partir quand meme donc c'est tout bon. ^^
Tonight's the night. And it's going to happen again, and again. It has to happen. Nice night.
Avatar de l’utilisateur
Staph Beck
Guitar Lover
 
Messages: 6630
Inscription: 11 Fév 2007 20:48
Localisation: Kickapoo

Suivante

Retourner vers It's a hard day's life

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron